Comment faire du compost ? On vous explique tout !

Envie de recycler ses déchets organiques ? Composter à la maison fait partie des gestes écolos essentiels pour réduire ses déchets et lutter contre le gaspillage de ressources naturelles et énergétiques.

Chez Hilloo, on vous partage toujours plus d’initiatives en faveur de l’environnement, et aujourd’hui, c’est le compostage domestique qui est à l’honneur !

Vous vous demandez comment faire du compost ? Plusieurs méthodes pourraient vous convenir : le compostage en tas ou en bac, le compostage de surface, le lombricompostage ou encore le compostage collectif. Découvrez la technique la plus adaptée à vos besoins et commencez à fabriquer votre composteur sans plus tarder !

Dans cet article :

  • On fait le point sur les avantages économiques et écologiques du compostage.
  • On vous explique les différentes méthodes existantes pour composter chez soi.
  • On vous dit ce qu’il faut mettre et ne pas mettre au compost.
  • On revient sur les bons gestes à adopter pour avoir un compost en bonne santé.

Alors, prêt à réduire le volume de vos poubelles ? C’est parti !

Bac de compost

Pourquoi faire du compost ?

Commençons par faire le point sur toutes les bonnes raisons de vous lancer dans la fabrication d’un compost ! Tous ces avantages devraient vous conforter dans cette nouvelle démarche écologique.

Un procédé bon pour l’environnement

Chaque année, près de 18 millions de tonnes de déchets organiques sont produites par l’ensemble des foyers français. Entre le gaspillage alimentaire, les épluchures de fruits et légumes, le marc de café, mais aussi les tontes de gazon, etc. les biodéchets constituent un tiers des ordures ménagères que l’on jette à la poubelle. La pratique du tri des biodéchets ne serait en effet pratiquée que par 30 % des ménages.

Mais qu’advient-il des déchets naturels mélangés aux déchets habituels ? Eh bien ils sont traités comme ces derniers : ils finissent donc leur vie en décharge, incinérés ou enfouis. Avouez qu’il est plutôt dommage de gaspiller de l’énergie pour faire disparaître des déchets biodégradables ! Il est également dommage de nous en débarrasser purement et simplement alors qu’ils sont efficaces pour fertiliser les sols grâce au compostage. Le tassement en décharge, lui, provoquerait également la fermentation des débris organiques dans un milieu sans oxygène. Conséquence ? Cette fermentation crée des conditions favorables à l’émission de méthane, un gaz polluant, dans l’atmosphère.

Finalement, composter ses détritus organiques est donc un bon moyen de réduire sa production de déchets et de limiter la pollution tout en rendant à la terre ce qu’elle nous a donné. Si l’on devait résumer ses bienfaits, on retiendrait que le compostage c’est :

  • une astuce zéro déchet facile pour réduire le volume de ses poubelles ;
  • un moyen d’améliorer la santé des sols ;
  • moins de pollution liée au transport et au traitement des déchets ;
  • une manière de contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique en stockant davantage de carbone dans les sols.

Terre compost

Un mélange riche et utile

En plus de tous les avantages pour la planète cités précédemment, créer un compost permet de bénéficier gratuitement et simplement d’un fertilisant naturel de qualité pour son jardin, ses plantes ou son potager. Ce dernier sera capable de protéger, de nourrir et de fortifier votre sol et vos plantes tout en améliorant la croissance des végétaux !

Quelles sont les différentes manières de composter ?

Avec ou sans jardin et que l’on ait la main verte ou pas, il existe plusieurs possibilités pour disposer d’un compost au quotidien. Même si vous ne jardinez pas et même si vous ne disposez pas d’espace extérieur, vous trouverez probablement un modèle de compost adapté à votre mode de vie parmi les suggestions ci-dessous !

Le compostage en tas

Cette manière de composter consiste à empiler les déchets végétaux et naturels à même la terre, dans un endroit peu ensoleillé. Il est facile et conviendra davantage aux foyers disposant d’un grand jardin. En revanche, il est nécessaire de suivre quelques étapes pour réussir son compostage en tas. Sachez aussi que le temps de dégradation peut être plus long et irrégulier qu’avec un compostage en bac étant donné que votre compost sera exposé aux aléas météorologiques ! Si vous habitez en pleine campagne, attention également aux nuisibles, car des animaux indésirables pourraient avoir accès à votre compost de plein air.

Compostage en tas

Le compostage en bac ou silo

Pas envie d’un tas de compost trônant fièrement en plein milieu de votre gazon ? Si vous avez un petit jardin, vous préférerez forcément le compostage en bac, plus discret ! Installer un composteur domestique vous permettra de cacher vos déchets organiques et de les protéger des intempéries tout en garantissant un taux d’humidité assez stable. Les éléments s’y dégraderont donc plus rapidement ! Veillez seulement à choisir un format de bac à compost adapté à la taille de votre jardin et à la consommation de votre foyer.

Compostage en bac

Le compostage de surface

Cette méthode imite le processus naturel qui se déroule quotidiennement dans les forêts avec les différents « déchets » naturels (feuilles mortes, fruits, etc.) qui tombent simplement au sol et se décomposent. Il s’agit donc d’épandre les matières organiques à même la terre sur une parcelle de terrain destinée à faire office de potager. Cette méthode facilite grandement le travail de tout jardinier en herbe : idéalement le compost occupe le sol « nu » et l’enrichit tout au long de l’hiver pour que les cultures du printemps puissent en profiter. Il peut également se pratiquer tout au long de l’année. Votre terre sera riche et fertile grâce à la décomposition sur place de différents déchets végétaux !

Le lombricompostage

Vous ne disposez pas de jardin ? Aucun problème ! Le lombricompostage permet aux personnes habitant en maison ou appartement sans jardin de bénéficier malgré tout d’un compost individuel. Un lombricomposteur, aussi appelé « vermicomposteur », est une sorte de grosse boîte à étages que l’on peut placer sur son balcon, sa terrasse ou même dans sa cuisine ! Elle abritera une variété de vers de terre trop mignons (de notre point de vue en tout cas !) qui se délecteront de vos restes organiques. C’est efficace et sans odeur !

Mais gare aux variations de température si vous placez votre bac à l’extérieur. Vos petits vers supporteront mal les grandes chaleurs en été et les vagues de froid en hiver. Veillez à choisir le meilleur matériau possible en fonction de l’endroit où vous souhaitez le placer (plutôt du bois pour un balcon et du plastique recyclé pour la maison).

Sinon, il existe également des solutions de compostage commun. Renseignez-vous auprès de votre mairie ou de votre gardien d’immeuble pour savoir s’il existe un système de compostage collectif dans votre quartier ou en bas de votre immeuble.

Lombricomposteur

Quoi mettre dans son compost ?

Attention, avoir un compost chez soi ne veut pas dire que l’on pourra désormais recycler TOUS ses déchets. Pour obtenir un terreau fertile, il ne faudra pas composter tout et n’importe quoi. Cette liste vous aidera à y voir plus clair sur les déchets compostables et non compostables.

Les déchets à utiliser pour son compost

Dans son jardin

  • branchages ;
  • tontes de gazon ;
  • feuillages ;
  • fleurs coupées ou fanées ;
  • mauvaises herbes ;
  • écorces ;
  • etc.

Dans sa cuisine

  • épluchures de fruits et légumes ;
  • coquilles d’œufs ;
  • restes d’aliments (sauf huiles, viandes et poissons) ;
  • marc de café et sachets de thé ;
  • croûtes de fromage ;
  • coques et noyaux ;
  • pain dur ;
  • etc.

Autres déchets

Déchet organique

Les déchets à éviter dans son compost

  • les déchets non organiques (verres, métaux, tissus, etc.) ;
  • la litière du chat ;
  • les coquillages ;
  • l’huile de friture ;
  • les viandes et poissons.

Comment faire du compost ? Une question d’équilibre

Empiler vos déchets organiques dans votre compost ne suffira pas. Celui-ci va constituer un véritable écosystème dont vous devrez prendre un minimum soin. Rassurez-vous, rien de compliqué !

Voyons tout de suite les bons gestes pour réussir son compost :

  • Éviter d’apporter une grande quantité d’une même matière.
  • Varier les apports entre des déchets azotés (verts et humides) et carbonés (bruns, secs et ligneux).
  • Réduire les déchets incorporés en petits morceaux afin de faciliter leur décomposition (par les petites bêtes qui peuplent votre compost).
  • Contrôler le taux d’humidité afin de le réguler si nécessaire (à savoir qu’un compost trop sec n’évoluera plus et qu’un compost trop humide va pourrir). Votre compost est desséché ? Arrosez-le. Votre compost est trop humide ? Ajoutez-y des déchets bruns et secs.
  • Remuer le compost régulièrement afin de l’aérer et de permettre une bonne circulation de l’oxygène. Un retournement en profondeur une fois de temps en temps lui fera également le plus grand bien.

À toi de jouer pour réussir ton compost !

Tu sais désormais comment faire du compost, quel que soit ton type d’habitation. L’alimenter au quotidien est un premier pas vers un mode de vie plus écologique. Et si tu allais plus loin en découvrant d’autres astuces zéro déchet pour débutant ? La planète te dira merci et ton porte-monnaie aussi !

Laissez un commentaire

Ce blog est modéré